2021 - Congress Theme - Liturgie et arts

Le thème du congrès est présenté ci-dessous dans les trois langues officielles de Societas

 

Vous trouverez plus d'informations et la déclaration complète du congrès sur la page Prochain congrès

Alors que les approches interdisciplinaires continuent d'enrichir l'étude de la liturgie, notre souhait est de saisir une opportunité ouverte par notre 2021 Congrès pour entamer une nouvelle conversation autour de la liturgie et des arts, explorer de nouvelles approches qui pourraient être fructueuses pour notre époque. Dans son histoire, notre société s'est déjà engagée sur le thème des arts. Depuis la parution du premier volume de Studia Liturgica dans 1962, la revue a publié un nombre relativement restreint d'articles sur la liturgie et les arts. Dans ce corps de matière, la musique et l'architecture reçoivent le plus d'attention, la danse apparaît une fois, and the visual, plastic and digital arts have not featured at all. More recently, there have been one or two pieces which address the wider relationship between liturgy and the arts. Robin Jensen’s work on baptismal spaces (2012) and James Hadley’s discussion of the arts in twentieth-century liturgical reform (2015) exemplify modes of exploring convergences.

This absence of any sustained engagement with such a significant area has intrigued the current Council as we have turned the focus on ‘liturgy and the arts’ as the field of enquiry for our Congress in 2021.

We suggest at the outset that the relationship between liturgy and the arts is lively and even volatile. It entails ancillarity or auxilarity (comment la liturgie et les arts se soutiennent-ils et promeuvent-ils la meilleure expression de chacun ?); affinité (ce qui concerne, buts et techniques la liturgie et les arts partagent-ils?); et contestation (quelles formes d'opposition, ou critique mutuelle, créer des rencontres à la fois négatives et positives entre la liturgie et les arts?). Notre proposition d'ouverture d'une exploration thématique repose dans un premier temps sur quatre axes d'investigation. Chacun d'eux est une invitation à considérer la relation entre nos deux termes clés sous un angle particulier:

L'ART DE LA LITURGIE: Ici, nous assistons à l'action liturgique comme à la fois inspirée et lieu d'inspiration; comme créatif, de formation et de fête, mais détenant aussi le potentiel de transcendance. Tout cela nécessite une médiation, et Laurent J. Hoffmann décrit la liturgie comme « un art qui utilise d'autres arts » (Vénération 94.1, 2020).

LES ARTS EN LITURGIE: La liturgie est immergée dans l'espace et le temps. Pour Aidan Kavanagh, cela exige que « la critique de la sonique, visuel, les arts spatiaux et cinétiques font partie de la théologie liturgique (Sur la théologie liturgique, 143). Une telle critique devrait être mutuellement bénéfique, ouvrir la liturgie comme espace imaginatif.

LA LITURGIE ET ​​LES ARTS: Cet aspect incarne probablement les éléments les plus immédiatement associés à notre thème de recherche. Nous souhaitons affirmer la grande valeur de discuter du mérite esthétique, style, goût, commandes artistiques, and the role of the Churches as patrons of the arts. Two further aspects of the theme invite development. The first of these is the lively juxtaposition of liturgy and the arts as an ongoing phenomenon. The second is their ‘tumultuous history’, enacted between the extremes of idolatry and iconoclasm.

LITURGY AS PUBLIC ART: The liturgy has an obligation to be prophetic and to bear testimony, both within the life of its practitioners, and in its encounters with the world we term ‘secular’. How participants collectively might become ‘a fitting testimony’ (1 Timothy 6:13) is one development of this angle of enquiry. How the ancient sense of liturgy as ‘work on behalf of the people’ might be recovered is another.

Alors que les approches interdisciplinaires continuent d’enrichir l’étude de la liturgie, notre souhait est d’offrir l’opportunité de notre Congrès 2021 pour entamer une nouvelle recherche commune autour de « la liturgie et les arts », en explorant de nouvelles approches qui pourraient être fructueuses pour notre époque. Dans son histoire, la Societas s’est déjà intéressée au domaine des arts. Depuis la parution du premier volume de Studia Liturgica en 1962, la revue a publié un nombre relativement restreint d’articles sur la liturgie et les arts. Au sein de cet ensemble de matériaux, la musique et l’architecture reçoivent le plus d’attention, la danse apparaît une fois et les arts visuels, plastiques et numériques ne sont pas du tout représentés. Plus récemment, il y a eu un ou deux articles qui ont traité de la relation plus large entre la liturgie et les arts. Les travaux de Robin Jensen sur les lieux baptismaux (2012) et la discussion de James Hadley sur les arts dans la réforme liturgique du XXe siècle (2015) constituent des exemples de ces recherches convergentes.

L’absence de tout investissement de la recherche dans un domaine aussi important a intrigué le Conseil actuel quand nous avons mis l’accent sur la « liturgie et les arts » comme domaine de recherche de notre Congrès en 2021.

D’emblée, nous pensons que la relation entre la liturgie et les arts est vive et même volatile. Elle implique l’ancillarité ou l’auxiliarité (comment la liturgie et les arts se soutiennent-ils et favorisent-ils la meilleure expression mutuelle) ; l’affinité (quelles préoccupations, objectifs et techniques la liturgie et les arts partagent-ils?); et la contestation (quelles formes d’opposition ou de critique mutuelles créent des rencontres à la fois négatives et positives entre la liturgie et les arts?). Notre proposition d’exploration de cette thématique repose initialement sur quatre axes de réflexion. Chacun d’eux est une invitation à considérer la relation entre nos deux termes clés sous un angle particulier:

L’ART DE LA LITURGIE : Ici, nous participons à l’action liturgique en tant qu’elle est à la fois inspirée et un lieu d’inspiration ; créative, formatrice et festive, tout en conservant aussi un potentiel de transcendance. Tout cela nécessite une médiation, et Lawrence J. Hoffmann décrit la liturgie comme « un art qui utilise d’autres arts » (Vénération 94.1, 2020).

LES ARTS DANS LA LITURGIE : La liturgie est plongée dans l’espace et dans le temps. Pour Aidan Kavanagh, cela suppose que la « critique des arts sonores, visuels, spatiaux et cinétiques » fasse partie de la théologie liturgique (Sur la théologie liturgique, 143). Une telle critique devrait être mutuellement bénéfique, en ouvrant la liturgie comme un espace pour l’imagination.

LA LITURGIE ET LES ARTS : cet aspect incarne probablement les éléments les plus immédiatement associés à notre thème de recherche. Nous souhaitons affirmer l’importance de discuter du mérite esthétique, du style, du goût, des commissions artistiques et du rôle des Églises en tant que mécènes des arts. Deux autres aspects du thème seront développés. Le premier d’entre eux est la juxtaposition de la liturgie et des arts en tant que phénomène permanent. La seconde est leur « histoire tumultueuse », qui s’est jouée entre les extrêmes de l’idolâtrie et de l’iconoclasme.

LA LITURGIE EN TANT QU’ART PUBLIC : La liturgie a l’obligation d’être prophétique et de témoigner, à la fois dans la vie des pratiquants et dans ses rencontres avec le monde que nous appelons « laïque ». La façon dont les participants peuvent rendre collectivement « un témoignage approprié » (1 Timothée 6:13) est une évolution de cet angle de recherche. L’ancien sens de la liturgie en tant que « travail au nom du peuple » pourrait être repris pour en explorer une autre face.

Während interdisziplinäre Ansätze die Liturgiewissenschaft weiterhin bereichern, möchten wir beim Kongress 2021 die Gelegenheit nutzen, ein neues Gespräch über „Liturgie und Kunst“ zu beginnen und neue Ansätze zu erkunden, die für unsere Zeit fruchtbar sein könnten. La Societas a déjà traité le sujet de l'art dans le passé. Depuis lors, la première édition des Studia Liturgica de l'année 1962 est apparu, cependant, seul un nombre relativement faible d'articles sur le thème « liturgie et art » ont été publiés dans le magazine. La plupart de l'attention a été accordée à la musique et à l'architecture, La danse a été reprise une fois et le visuel, les arts visuels et numériques n'étaient pas du tout montrés. Il y a eu un ou deux articles récemment, qui ont traité de la relation entre liturgie et art au sens large. Le travail de Robin Jensen sur les sites de baptême (2012) et l'exploration de l'art par James Hadley dans le contexte de la réforme liturgique de la 20. Siècle (2015) sont des exemples d'approches, explorer les convergences.

Le manque d'emplois durables dans un domaine aussi important a intrigué et incité le Conseil actuel, à notre congrès dans l'année 2021 se concentrer sur « la liturgie et l'art » comme champ de recherche.

Nous proposons comme hypothèse de base, que la relation entre la liturgie et l'art est vivante et même volatile. Il comprend un auxiliaire- et fonction support (Comment la liturgie et l'art se soutiennent-ils et produisent-ils mutuellement leur meilleure expression?), liens (Quels sujets, Les buts et les techniques partagent la liturgie et l'art?), Controverse (Quels contraires ou quelles critiques communes provoquent des rencontres à la fois positives et négatives entre liturgie et art?).

Pour une exploration thématique, nous proposons quatre domaines d'étude au départ. Chaque domaine vous invite à le faire, d'examiner la relation entre nos deux termes clés d'un point de vue spécifique:

L'ART DE LA LITURGIE: Ici, nous tournons notre attention vers les actes liturgiques, qui sont à la fois inspirés et offrent un lieu d'inspiration, comme créatif, formatrice et solennelle, mais en même temps englobant le potentiel de transcendance. Tout cela nécessite une médiation; Laurent J. Hoffmann décrit la liturgie comme « un art, qui fait usage d'un autre art' (Vénération 94.1, 2020).

L'ART EN LITURGIE: La liturgie est immergée dans l'espace et le temps. Pour Aidan Kavanagh, cela nécessite, c'est une critique de la tonalité, visuel, räumlichen und kinetischen Kunst‘ Teil der Liturgietheologie sei. Eine solche Kritik sollte für beide Seiten von Vorteil sein, indem sie einen Vorstellungsraum eröffnet.

LITURGIE UND DIE KUNST: Dieser Aspekt beinhaltet vermutlich die Elemente, die unmittelbar mit unserem Forschungsthema assoziiert werden. Wir möchten die wertvolle Diskussion um ästhetischen Wert, Stil, Geschmack, Kunstaufträge und die Rolle der Kirchen als Förderer der Kunst bekräftigen. Zwei weitere Aspekte dieses Themas laden zu einer Entwicklung ein. Der erste betrifft die Juxtaposition von Liturgie und Kunst als ein fortwährendes Phänomen. Der zweite bezieht sich auf ihre ‚turbulente Geschichte‘, die sich zwischen den Extremen von Götzendienst und Bildersturm abgespielt hat.

LA LITURGIE COMME ART PUBLIC: La liturgie est dans la vie de ses participants comme dans leurs rencontres avec le monde, que nous appelons "laïque", obligé de le faire, être prophétique et témoigner. Comment les participants travaillent ensemble pour prendre un « bon engagement » (1Tim 6,13) volonté, est une question dans ce champ d'investigation; comment l'ancien sens de la liturgie en tant qu'« œuvre pour le peuple » a pu être restauré, un autre.